Unité ou diversité de la réappropriation de la monnaie ?

 Dette, banques, austérité
 Atelier
 Jeudi 9h30 - 12h

L’objet de l’atelier est de proposer les bases de la réappropriation de la monnaie et d’en appréhender la diversité. La monnaie est une institution sociale présente dans toutes les sociétés comme outil d’intégration et de cohésion sociale, elle ne peut pas être considérée par ses simples fonctions économiques. La monnaie n’est pas spécifique aux sociétés capitalistes, ni même aux échanges marchands. Cependant, la dynamique du capitalisme transforme son essence même en l’intégrant dans le processus de marchandisation. Il convient donc pour le mouvement social, dans une optique de transformation sociale et économique vers la transition écologique, de se battre pour sa réappropriation collective. Or, il existerait deux voies, l’une globale à travers la gestion de la monnaie collective et le combat pour une banque centrale tournée vers l’intérêt général. Mais aussi une réappropriation citoyenne et locale. Il convient donc d’étudier ces deux voies et leur complémentarité potentielle dans une optique de transition sociale.

Déroulé :

  1. Une introduction globale : qu’est ce que la monnaie ? La question des rapports sociaux ? Pourquoi la réappropriation ?
  2. La réappropriation collective : le contrôle social des banques – Quelles banques alternatives ?
  3. La réappropriation communautaire : des monnaies locales complémentaires pour quoi faire ? Enjeux et critiques

Intervenant⋅e⋅s

  • Amandine Albizzati (NEF)
  • Guillaume Pastureau (Attac Campus)
  • Dominique Plihon (Porte-parole d’Attac France)